Assemblée Générale MCCI : rencontre avec deux délégués mutualistes au service des adhérents

assemblée générale MCCI

Après deux ans de crise sanitaire, l’Assemblée Générale annuelle de la MCCI s’est tenue en présentiel le 17 juin à Blois. Un temps fort de notre gouvernance mutualiste durant lequel administrateurs et délégués ont pu faire le bilan de l’année écoulée, présenter les objectifs à venir et réaffirmer les valeurs qui fondent la MCCI. Rencontre à cette occasion avec Éric Frère et Luce Millet, délégués mutualistes, qui témoignent sur ce rôle qui leur tient à cœur.

Quel est le rôle d’un délégué mutualiste ?

Éric Frère : Je suis à la fois délégué, administrateur. Je suis adhérent à la MCCI depuis 1981. En 1998, j’ai proposé ma candidature pour devenir délégué individuel et représenter ainsi les adhérents. Un délégué mutualiste est doté d’une sensibilité sociale et n’hésite pas à offrir son temps aux autres. Il propose également des solutions innovantes aux administrateurs pour répondre aux besoins des assurés sociaux, pour tout ce qui concerne leur santé : nouvelles prises en charge, mesures d’accompagnement adaptées… C’est un militant de terrain.

Luce Millet : En tant que déléguée, je remonte au quotidien les irritants, questions et souhaits des adhérents auprès des salariés MCCI ou lors de l’Assemblée Générale. Ma fonction m’amène à rencontrer et à échanger avec de nombreuses personnes, c’est ce contact humain qui est mon moteur ! Le rôle premier d’un délégué mutualiste est de resserrer les liens entre la mutuelle et les adhérents : informer, orienter, rassurer sont les trois piliers de son action.

La MCCI fête ses 60 ans cette année : quelles sont les valeurs qui la caractérisent ?

E.F : Nous sommes une mutuelle à taille humaine, dans le sens où nous connaissons l’intégralité de nos adhérents. Cette approche centrée sur les personnes est une force qui nous distingue des grandes structures : pour la MCCI, c’est l’humain d’abord ! Cette attention portée à nos adhérents est le fruit de l’implication quotidienne des délégués, des administrateurs et des salariés de la mutuelle.
On peut citer aussi son fonctionnement 100% démocratique : ici, tout le monde a la parole et ce sont les adhérents qui élisent le conseil d’administration.

L.M : La proximité directe avec ses adhérents, sans passer par une multiplicité d’interlocuteurs. En fonction du besoin exprimé, nous offrons la bonne orientation et le bon soutien en considérant la personne à part entière (sa santé physique, psychique, ses éventuelles difficultés matérielles comme avec le fonds d’entraide…).
De plus, la MCCI est davantage un partenaire santé qu’une simple complémentaire, dans la mesure où nous élargissons nos prestations vers une assistance proprement dite pour les adhérents : par exemple, nous avons organisé récemment une réunion d’informations sur l’aide aux aidants. La solidarité fait partie intégrante de notre ADN.

Comment voyez-vous le monde mutualiste de demain ?

E.F : Pour que ce modèle de protection sociale et solidaire perdure, il est essentiel de se réinventer en permanence, de créer ce qui n’existe pas encore en anticipant les besoins de nos bénéficiaires. Nouveaux services, nouvelles assurances, nouvelles façons de communiquer entre nous…
C’est cette souplesse d’adaptation qui aidera le modèle mutualiste à prendre le train en marche, tout en restant fidèle à sa raison première : être tous solidaires et tous acteurs de la mutuelle !

L.M : La notion de confiance est essentielle au sein d’une mutuelle : les besoins des adhérents doivent toujours être pris en compte avec attention et bienveillance, sinon la confiance est rompue.
De plus, au-delà des problématiques liées aux remboursements de soins, il est aussi essentiel de considérer le bien-être de la personne et son intégrité psychique. Leur donner la parole, les écouter, protéger les plus fragiles sont des notions à ne jamais négliger.

Laisser un commentaire

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité